Schibboleth
http://www.schibboleth.fr/Histoire-contexte-et-perspectives

Accueil > Schibboleth > Histoire, contexte et perspectives

Histoire, contexte et perspectives

par Michel Gad Wolkowicz

Le contexte des dix dernières années, des campagnes de boycott intra-universitaires, de crises éthico-socio-culturelles actuelles, a amené un groupe de plus en plus large de personnalités de référence de champs trans-disciplinaires et d’institutions diverses, à décider d’un engagement animant la pensée et la culture juives, plurielles, dans le débat intellectuel et sociopolitique général, à souhaiter s’investir dans un travail approfondi de recherche, de réflexion et d’échanges, de propositions et d’action, autour de thématiques contemporaines fondamentales.

Nous avons ainsi décidé il y a plusieurs années de structurer notre démarche au travers la création de l’Association « Schibboleth » qui organise séminaires, journées d’études, colloques, et qui assume une démarche éditoriale, publiant des Actes ou des ouvrages collectifs qui font référence.

Ainsi, un Colloque International important a été organisé les 6 et 7 Mai 2012 au Netanya Academic College en Israël, sous le titre « Un Monde en Trans : Tensions et défis éthiques dans le monde contemporain », conviant tout à la fois les sciences du vivant, de la communication et des technologies de l’intelligence, les sciences humaines, économiques, la philosophie, les arts à réfléchir sur leur devenir, sur les pratiques sociales, sur l’écologie, sur les soins, les crises des identités, des paradigmes, de la réalité et de la temporalité, sur la démocratie et la géopolitique, etc.

Ce colloque s’est déroulé sous les hauts patronages des Ministres des Affaires Étrangères Français et Israéliens, ainsi que des Ministères de l’Éducation et de la Culture des deux pays, en partenariat avec le Département francophone de cette Université, avec le Centre d’Enseignement Universitaire Emmanuel Lévinas de l’A.I.U., avec l’OSE, avec le concours des CNRS-Paris (C.E.R.S.E.S.) et CRFJ-Jérusalem, de l’Université Nice-Sophia Antipolis, de l’Institut Français de Tel Aviv, de l’Université Paris-Diderot, de l’Université de Cardiff, réunissant chercheurs et intellectuels venant de France, d’Israël, de Suisse, du Canada, de Grande-Bretagne, de Pologne, représentant des institutions internationales prestigieuses, les Universités Paris-Descartes, Paris-Sud-Orsay, de Lausanne, de Montréal, de Tel Aviv, L’Université Hébraïque de Jérusalem, Paris-Dauphine, Paris-Nanterre-La Défense, Amiens, l’Institut de Philosophie de Varsovie, l’EHESS, l’EPHS, l’Associations Psychanalytique de France, la Société de Psychanalyse d’Israël, la Société Psychanalytique de Paris, Espace Analytique, le Quatrième Groupe, les Centres Hospitaliers Esquirol de Saint-Maurice, d’Orsay-Paris-Sud, d’Hadassah-Jérusalem, l’Association franco-israélienne de Victimologie et des Traumatismes, l’Association de Thérapie Familiale, Copelfi-Conférences francophones franco-israéliennes de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, etc.

L’association inter-universitaire de recherche Schibboleth organise une réflexion transdisciplinaire et un champ de confrontation sur la crise spirituelle, selon l’expression de Karl Jaspers, et sur les grandes questions posées par les Évènements du XXe siècle et du début du XXIe, dont l’antisémitisme s’avère un symptôme paradigmatique, et dont la Shoah constitue la centralité, participant fondamentalement, avec des chercheurs de référence dans leurs champs d’investigation et de recherche respectifs, de la nécessité du « travail de culture » — tel que Freud a pu exemplairement le définir dans L’Homme Moïse et la religion monothéiste — et avec la mise en œuvre des diverses filiations de la pensée juive : Canetti, Broch, Adorno, Horkheimer et l’École de Francfort, Le Zohar, Rachi, le Talmud, Lévinas, etc.

Elle poursuit ainsi entre autres l’expérience des précédentes rencontres aux résonances importantes : « Shmattès, la mémoire par le rebut », qui s’est déroulée en 2002 au MAHJ et dont les travaux ont été publiés chez Lambert-Lucas en 2004, le colloque « Panim/Pnim, l’exil prend-il au visage ? », qui s’est tenu en 2006 à l’Université Bar Ilan puis au Musée d’Art de Tel Aviv, publié par EDK-Éditions en 2009, ainsi qu’« Un Monde en Trans – Une clinique du monde contemporain » , et enfin « La Force du nom — Leur nom ils l’ont changé », dont la première partie a eu lieu au MAHJ à Paris en Octobre 2009, la seconde à l’Université Hébraïque de Jérusalem en Novembre 2009, et dont les Actes sont publiés chez Desclée de Brouwer (Novembre 2010), avec un film de témoignages réalisé par Céline Masson et produit par l’Université Paris-Diderot.

Il nous semble en effet fondamental et déterminant d’organiser rencontres, échanges, débats, confrontations amenant la culture et la pensée juives au travail tant au travers ses sources que suivant ses voies contemporaines, face aux autres cultures et pensées, les faisant se connaître et s’enrichir mutuellement. Et ce n’est pas la motivation la moins déterminante, associée à l’organisation de ces rencontres internationales, notamment entre la France et Israël, de faire venir des intervenants, chercheurs, acteurs majeurs de nos sociétés, personnalités diverses, ainsi que nombre d’auditeurs et d’accompagnants français, et d’autres nationalités, en Israël, dont beaucoup, Juifs et non-Juifs, découvrent ce pays et la culture juive dans sa richesse et sa pluralité à portée universelle, pour la première fois, rencontrant leurs collègues israéliens (que nous amenons également en Symposium en France) et un public qui peut être spécialisé mais aussi très large, autour d’objets communs de réflexion et de recherches, d’interrogations et de préoccupations. Nous avons pu constater que ces colloques de grande valeur, essentiellement francophones, avaient des effets et des « retours » scientifiques, culturels, humains, politiques, très importants, qui ont donné lieu à des échanges riches et vivants, à des prises de conscience des réalités très fortes et émouvantes, avec des implications bénéfiques pour tous.

L’association Schibboleth a fondé la collection « Schibboleth — Actualité de Freud — » et en a publié l’ouvrage inaugural : La Psychologie de masse aujourd’hui, aux Éditions des Rosiers qui s’investissent dans l’histoire et la culture juive. Y fera suite le volume en préparation intitulé Les Fondements du Symbolique, aujourd’hui ; puis d’autres interrogeant « La culture du narcissisme, aujourd’hui », « Temps et création », « Humour et pensée », etc.

Dans le cadre de cette collection seront publié aussi les Dossiers de Schibboleth, dont le premier volume sera constitué par un ensemble de textes issus du colloque international trans-disciplinaire évoqué plus haut : « Un Monde en Trans — Défis et tensions éthiques dans le monde contemporain ».

La collaboration étroite et régulière avec l’OSE, dans le cadre d’un partenariat, celle avec la Fondation pour le Judaïsme Français, avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, constituent un encouragement et un soutien précieux dans le cours de nos projets et réalisations et participent symboliquement avec force du sens de notre démarche, tant ce travail de culture est sans cesse à reprendre.

Parmi les projets en réflexion, signalons un Pôle Sciences Humaines-Sciences du Vivant organisant un enseignement théorico-pratique et des formations « cliniques » qui à la fois s’adossent à la psychopathologie fondamentale et à la métapsychologie freudienne, et mette en œuvre un enseignement Juif alliant une tradition animée du travail de ses sources et d’une quête de sens (tant historique que spirituel) avec une ouverture sur la modernité, afin d’initier une coexistence, une confrontation dialectique et dynamique convoquant les « humanités » juives avec celles des Lumières, de Maïmonide à Walter Benjamin, de Rachi à Georg Simmel ou Panowski, ou encore du Gaon de Vilna ou de Volozine à Gershom Sholem, Theodor Adorno ou Benjamin Gross… pour un débat avec les disciplines profanes et les Sciences fondamentales et appliquées déjà évoquées. Cette interrogation commune des savoirs et des pratiques, leur articulation, participent, comme nous l’argumentons dans nos présentations, d’un véritable travail de culture, ô combien nécessaire face aux défis contemporains, aux enjeux civilisationnels et pour la formation individuelle intriquée au collectif ; elles déterminent l’éthique, la cohérence et la spécificité du projet Schibboleth.

Michel Gad Wolkowicz
Président de Schibboleth



http://www.schibboleth.fr/Histoire-contexte-et-perspectives