Schibboleth
http://www.schibboleth.fr/Si-c-etait-Jerusalem

Accueil > Actualités > Si c’était Jérusalem

Si c’était Jérusalem

If it was Jerusalem • אם זו הייתה ירושלים

Colloque International Schibboleth – Actualité de Freud – • Academic International Conference • כנס בינלאומי בין-אוניברסיטאי שיבולת נוכחותו של פרויד

18-19-20 AVRIL 2016, MENAHEM BEGIN HERITAGE CENTER, 6, SH. A. NAKHON STREET, JERUSALEM

En hommage à Raphaël Draï et à Benjamin Gross

Avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Sous la direction académique de : Michel Gad Wolkowicz
vice-direction de : Michaël Bar Zvi

INVITATION

Le titre Si c’était Jerusalem est venu comme un conte, un reste diurne, résonant avec le présent réminis-cence d’un passé anachronique qualifiant la particulière centralité des diverses représentations individuelles et collectives, et avec notre intime « L’an prochain à Jerusalem » et « Si je t’oublie Jerusalem... », entendus et psalmodiés depuis notre enfance et participant de notre héritage.
Entre rêve et réalité(s), entre idéal du moi et surmoi, entre présence-absence, entre symbole et symptôme, lieu transcendant du primat du Nom, et de l’Autre, Site de l’interprétation et du langage, ou au contraire objet d’envie mimétique et d’identifications projectives massives, Jérusalem actualise un enjeu imaginaire et symbolique fondamental. Ce Colloque International à Jérusalem sur Jérusalem, aujourd’hui, se propose de remettre à l’œuvre des questions essentielles : comment se constituent un peuple et une identité intérieure, avec l’intériorisation du grand homme, L’Homme Moïse, en grande idée, comment se construisent un récit et une vérité historique, le sujet politique et un certain rapport à la Loi et à l’indéfini de la pensée, l’origine d’une décision d’éthique, l’élection-élévation de l’esprit, la responsabilité individuelle et collective de pensée et d’action, l’assomption d’un universel du singulier producteur de modalités de transmission et de subjectivation ? Souvent détruite mais néanmoins vivante, souvent conquise mais toujours souveraine, cette capitale de la survie possède deux visages, deux destins, à en croire les légendes anciennes. Jérusalem terrestre, Jérusalem céleste. L’une, visible, évoque deuil et lamentation. L’autre, insaisissable, apporte paix et éternité. Et elles se rencontrent en l’homme qui sait les chercher dans la parole et la mémoire, l’une à l’intérieure de l’autre. Souvenirs et promesses. Jadis et l’an prochain. La grande nostalgie, la vraie espérance. L’exil et le retour. Point de départ et aboutissement. Depuis deux mille ans, cette terre, dont Freud attestera la présence dans son propre inconscient, précisément après avoir assisté à la pièce de Hertzl - Das neue Ghetto - avait été transférée de mains sanglantes en mains incendiaires. Selon Freud, Jérusalem participe de « l’édifice invisible » du Judaïsme, produit des modalités de l’héritage phylogénétique - du travail de culture -, de la formation du Juif, de sa substance, de sa consistance, de sa permanence.

La question Jérusalem. Pelote d’épingles de symboles, ceux sur lesquels s’étaie l’identité globale et véritable des parties en présence : l ’espace sacré est tellement enchevêtré entre les différentes confessions qui s’y sont disposées, chacune à leur tour faisant de Jérusalem un palimpseste, s’y écrivant les unes par rapport aux autres, se concurrençant ou tentant d’effacer leur généalogie, qu’il fait de la quadrature du cercle un jeu d’enfant. La Cité de David, bâtie, rebâtie selon la Parole, en Dix Paroles, selon les mesures dictées par Dieu, déplace, concentre, plus que jamais, un vrai abcès d’angoisse et de passions, de conflits.

Le Colloque International Si c’était Jérusalem poursuit l’élaboration des questions de mémoire et de transmission, du visage et de l’exil, de La force du nom (The Hebrew University of Jerusalem Israël et Mahj, Paris), et des grands événements Schibboleth - Actualité de Freud - qui l’ont précédé, et plus récemment notamment les colloques et ouvrages de référence : La psychologie de masse, aujourd’hui, Tensions et défis éthiques dans le monde contemporain (Netanya Academic College, Mai 2012), Présence de la Shoah et d’Israël dans la pensée contemporaine (Tel Aviv University, Octobre 2013), Généalogie de la haine et des traumatismes - Shoah/Israël - Nom sacré/Nom maudit - (Ulif-Copernic, Nov.2014), Figures de la cruauté... et de l’antisémitisme (Paris-Iseg 2014-2015), États du Symbolique, aujourd’hui - Depuis L’Homme Moïse et la religion monothéiste...en passant par Freud, Rothko, Appelfeld - Droit, Loi, psychanalyse - (Sorbonne, Paris 2014), Le sujet face au réel (Iseg, 2015-2016).

L’Association Internationale Inter-Universitaire Schibboleth - Actualité de Freud - forme un groupe de plus en plus conséquent de chercheurs, d’auteurs, d’universitaires, de praticiens de haute valeur et de grande notoriété qui, depuis leurs disciplines respectives, de filiations de pensée différentes, Juifs et non-juifs, la psychanalyse, l’histoire, le droit et l’économie, la philosophie, la sociologie, l’anthropologie, la géopolitique, les sciences politiques et sociales, fondamentales et humaines, l’analyse des discours, des images et des idéologies, la pensée juive, les religions, les arts plastiques et cinématographiques.., ont pour projet de relier, transmettre, mettre en commun, en débat, leurs questions, leurs savoirs, leurs réflexions, pour et avec des publics très divers, spécialistes ou non, mais curieux et d’esprit ouvert - de discerner les signes et signaux, les symboles et emblèmes, des problématiques humaines, sociétales et civilisationnelles, et leur malaise, les attaques et avatars du Symbolique, dont l’anti-judaïsme et la haine du nom seraient des paradigmes, afin de les construire en symptômes et d’établir une clinique du contemporain qui soit dégagée de la confusion des langues. Schibboleth - Actualité de Freud -, en s’inscrivant dans le sillage d’Imago, la première revue freudienne, ambitionne ainsi, au travers la mise en exergue, l’analyse et l’interprétation des signifiants et des représentations singulières et collectives, le décryptage du réel et des actualités, et la production de sens et de réalités, de reprendre l’exemple de son travail de culture.

Si c’était Jérusalem devait être introduit par les conférences de nos très chers Raphaël Draï et Benno Gross, penseurs puissants, passeurs exemplaires, grands hommes alliant constamment rigueur intellectuelle et exigence éthique, recherche constante de la vérité, de la vérité historique et de la vérité psychique. Plus encore : des maîtres qui ne s’y incarnaient pas, des modèles d’étant, eux qui ne prétendaient pas l’être. Des amis d’une fidélité absolue. Nous avions la fierté et le bonheur que Raphaël, compagnon intime de tous les instants et de tous les projets, ait accepté d’être le Président d’Honneur de Schibboleth - Actualité de Freud -, et que Benno soit aussi présent et Membre dès l’origine de son Comité Scientifique.

Ce colloque se tiendra en leur hommage, dans le lieu des lieux, et témoignera de ce dont, différemment, ils incarnaient au plus haut ce que tente notre démarche, chacun des champs disciplinaires convoqué aiguisant et enrichissant les autres, chacun réétrangéréisé par le croisement des savoirs, l’indéfini des questionnements, évitant toute tendance à la réduction explicative, à la synthèse globalisante et résolutive. Ces princes de l’éthique, de l’esprit et du cœur, décidant l’exigence de vérité, incarnaient le « Tu choisiras la vie » sur le principe duquel ils auront écrit tous deux. « Vaincre sa propre passion au nom d’une mission à laquelle il s’est voué », écrit Freud à propos de Moïse. Au service du bien commun, à l’écoute de la Loi et de l’autre, y compris de l’autre en soi. Toujours avec une présence entière, un courage sans faille, et une énorme générosité. Combattre, avec respect, fermeté, mais sans excès, avec mesure, sans animosité, avec la force et l’exactitude de l’argumentation. En convoquant l’éthique de l’humour, et d’une pensée dont les qualités d’élaboration et d’abstraction n’avaient d’autres buts que de se rapporter à la vie même, et d’en rappeler précisément aux utopistes le Réel.

BÉNI SOIT LEUR SOUVENIR. LEUR MÉMOIRE NOUS OBLIGE

Raphaël écrivait que Le peuple réputé fossile était surtout demeuré le peuple témoin, que Sion est un nom hébreu qui veut dire le Signe, le repère et la note, et qui, comme Bethléhem, comme Hébron, comme Yeroushalaïm, désigne le vivant. Il en signalise les chemins et signe les actes qui en authentifient la rectitude. Sion désigne justement la Jérusalem, la Yeroushalaïm intérieure, c’est-à-dire la cité où l’âme humaine trouve sa plus vaste expression, son amplitude universelle. C’est pourquoi, explique le Zohar, la Cité ainsi nommée présente cette particularité : elle s’élargit au fur et à mesure que les humains affluent vers elle, dès lors que cet afflux n’est pas celui des invasions qui voudraient y rétablir le culte infanticide de Moloch dont les vestiges se trouvent dans les strates les plus profondes de son sol et de son passé, celui qui prétendit lui interdire un avenir. Dans la graphie hébraïque de Sion, lorsque la lettre initiale, le tsaddi disparaît, le mot Yavan apparaît qui désigne la Grèce. Jérusalem contient Athènes mais sans la détenir. Sa lettre initiale la protège et lui fait enseignement d’antériorité. Les langages sont et font signes, sûrement.

La Maison de Sainteté bâtie par Salomon atteste de ce projet. Elle est sise sur un mont qui n’est pas seule-ment une éminence topographique mais, Site du Nom et Site de l’étranger, de ce point de vue, un des plus hauts lieux de l’Humain.

Infos sur les buts, membres et activités de Schibboleth-Actualité de Freud : www schibboleth.fr

Michel Gad WOLKOWICZ

COLLOQUE INTERNATIONAL FRANÇAIS-HÉBREU-ANGLAIS

PROGRAMME (traduction simultanée)

JOURNÉE 1

MATINÉE : Visite guidée de Jérusalem (ville, fouilles archéologiques, tunnel du Kotel..)

RÉCEPTION 14h30 : Visite du Musée Begin Heritage Center

16H30 CONFÉRENCE D’OUVERTURE par le PRÉSIDENT de SCHIBBOLETH-ACTUALITÉ de FREUD, Prof. Michel Gad WOLKOWICZ : « La Décision »
Discours d’ACCUEIL  : Michel Gad WOLKOWICZ, Président de l’Association Inter-nationale Inter-Universitaire Schibboleth-Actualité de Freud-, directeur du Colloque

17H. CONFÉRENCES INTRODUCTIVES :
Prof. Simon EPSTEIN (« Jérusalem, une réalité : aspects historiques, culturels, géo-politiques, socio- économiques, démographiques ») ; Michaël BAR ZVI (« Jérusalem, désir de vie ou crise de l’être, sionisme et ontologie ») ; Marc-alain OUAKNIN (« Le son du Shofar pour une logique de la substitution ») ; Philippe VAL (« Jérusalem et Athènes, sources de la démocratie »)

18H30. PARTENARIATS : Richard PRASQUIER (Président Keren Hayessod-France) ; Jean-François BENSAHEL (président de l’ULIF-Copernic) ; Nicole GUEDJ, Présidente de la Fondation France-Israël, Ancien-Ministre ; Yaël ELKYESS-DRAÏ

I. JÉRUSALEM, LE LIEU DES LIEUX — SI JE T’OUBLIE JÉRUSALEM

Dina PORAT ("Jérusalem et la Shoah") ; Aslanov Shmuel TRIGANO

En avant-première mondiale, trois séquences de ’’Alger - Jérusalem, un voyage interdit’’
un film réalisé par Jean-Pierre Lledo et monté par la chef-monteuse de ’’Shoah’’, Ziva Postec.

20H. SOIRÉE : COCKTAIL (Consulat ou Mairie de Jérusalem, S/s res) ou DÎNER D’OUVERTURE

JOURNÉE 2

9H - Discours d’ACCUEIL  : Herzl MAKOV, Directeur du Begin Heritage Center ;

II. JÉRUSALEM, UN NOM et UNE PRÉSENCE - L’ŒIL DE L’UNIVERS
Présidents Cyril ASLANOV et Francine KAUFMANN (« Jérusalem : de la Bible à la poésie juive, sacrée et profane »)
Georges-Elia SARFATI ("La présence quotidienne de Jérusalem dans la liturgie juive") ; Daniel SIBONY (« Pourquoi cette ville, symbole du " lieu d’être », sera-t-elle toujours « disputée » ? tant que la tendance à basculer des question d’être vers des questions d’avoir ; et tant que le partage de l’être restera difficile »), Jocelyn Yossee HATTAB (« La Jérusalem qu’on (se) crée »), Claude BIRMAN (« Du sens de l’histoire de Jérusalem »), Isy MORGENSZTERN (« Pourquoi une ville Sainte et des lieux Saints pour des religions sans territoire ? ») ; Thibault MOREAU (« Depuis Jerusalem - et les Topiques sinaïtiques, de Raphaël Draï »), Guy BRACHA ("Jérusalem - un point de rencontre de différentes identités juives, reflétée dans la personnalité d’Abraham Elmaleh »)

11H30 - III. JÉRUSALEM, UNE DEMEURE, LE SYMBOLIQUE – LA MAISON DE L’ÉTERNEL, L’INVENTION DE DIEU
Président Marc COHEN (« Jérusalem dans tous ses états. Actualité de Jérusalem dans notre civilisation »)
Laurence Sigal (« Figures de Jérusalem chez Else Lasker Schuller et Myriam Harry ») ; Jacques AMAR (« Rome et Jérusalem : relire Moses Hess pour comprendre notre époque. »), Delphine HORVILLEUR (« "La maison cassée" ou comment via Jérusalem le judaïsme construit sur la brisure »), Benny LAU, Didier LONG (« Shalou shalom Yiéroushalaïm. « Appelez la paix (la plénitude) sur Jérusalem » - Ps 122

DÉJEUNER

14H30 - IV. JÉRUSALEM, UN STATUT, UNE FIGURE : HISTOIRE, DROIT, LANGUE, ARCHÉOLOGIE, ÉCONOMIE, SOCIOLOGIE, POPULATION(S), DÉMOGRAPHIE, CULTURE(S), FIGURES, INSTITUTIONS,
DROIT, Président Bernard GRELON (« Jérusalem, le statut : quelques problématiques »
Aharon BARAK (« De la Constitution ») ; Eliezer CHERKI ("Jérusalem dans l’Islam") ; Shmuel BERKOVITS (« The legal status of Jerusalem and holy places in Israel ») ;Claude KLEIN (« Être Juif laïque à Jérusalem ») ;
HISTOIRE, Présidents Simha GOLDIN ; Yossef GORNY (« Jérusalem en tant que métaphore nationale romantique dans l’idéologie sioniste classique »), Joseph Isaac LIFSHITZ, Miriam ROSMAN (« La diplomatie française et la question de Jérusalem ») ; Mikhal GANS-AVIDAN (« Lieu, non-lieu, milieu. Regards de deux poètes israéliens Naïm Araïdi et Yehuda Amihaï sur Jérusalem topique/utopique ») ; Richard ROSSIN (« Jérusalem, des repères historiques et symboliques »), Tsila HERSCHKO*,
SOCIOLOGIE, DÉMOGRAPHIE, Présidente Sophie NIZARD (« La mémoire des lieux : une lecture de la topographie légendaire de Maurice Halbwachs ») ; Uzi REBHUN ("The Population of Jerusalem, 1948-2015") ; Florence HEYMANN (« Les déserteurs de Dieu ») ; Boni GOLDBERG ; Eliezer WITZTUM (« Jerusalem of divine and madness : The case of Jerusalem Syndrome") - Discutante :

17H - V. LES REPRÉSENTATIONS DE JÉRUSALEM DANS LES COURANTS DE PENSÉE
Président Michaël BAR ZVI
Françoise OUZAN ("Jérusalem et les survivants de la Shoah"), Georges GACHNOCHI (« Jérusalem et les murs »), Gideon KOUTS (« Yehiel Bril et le rayonnement de Jérusalem »)

18H30 - VI. DEMAIN, JÉRUSALEM : ENJEUX ÉTHIQUES, POLITIQUES
Président Jacques TARNÉRO (« Usages de Jérusalem : quand une ville conjugue sa propre histoire", " fictions, fantasmes, projections autour d’un même nom »)
Freddy EYTAN, Emmanuel NAVON ("Plaidoyer factuel contre la redivision de Jérusalem."), Nadav SHRAGAÏ, Ari SHAVIT, Gideon KOUTS, Boaz BISMUTH,

DÎNER

Projection d’une partie du film « Fragments Jérusalem » de Ron HAVILIO (Lauréat de nombreux prix, dont le Prix du festival de Hong Kong)

JOURNÉE 3.

9H VII. JÉRUSALEM, L’HÉRITAGE PSYCHIQUE - L’« ÉDIFICE INVISIBLE » SELON FREUD, ET LE TROUBLE DE PENSÉE : L’HOMME MOÏSE, ET L’IDÉE DE PEUPLE.
Présidente : Viviane CHETRIT-VATINE
Michel GRANEK (« Jérusalem, conscience et inconscience. »), Évelyne Chauvet ("L’amour du peuple juif pour l’humour") ; Rachel ROSENBLUM, Eran ROLNIK ("Freud, Psychoanalysis, Zionism : From Vienna to Jerusalem ») ; Paule STEINER (« Tradition et mémoire héréditaire, Freud et Scholem »),

VIII. JÉRUSALEM ET L’INTERDIT DE REPRÉSENTATION, LA VILLE TEXTE QUI SOUTIENT L’INTERPRÉTATION, « L’OMBILIC DU RÊVE », ET LA MODERNITÉ.
Présidents Ilan TREVES et Jean-Jacques MOSCOVITZ ("Jerusalem ou l’incarnation de l’attente")
Jean-Pierre WINTER (« Eichmann à Jérusalem ? ») ; AHUVA BARKAN (« Jérusalem- Sainteté et nostalgie. Réflexions psychanalytiques »), Danièle BRUN (« De Rome à Jérusalem via Athènes. Un itinéraire freudien »), Évelyne CHAUVET (« L’interdit de représentation et l’interprétation »), Yolanda GAMPEL (« Impossible représentation -traumatisme - et interdit de représentation ») ; Marc Nacht

11H30 IX. JÉRUSALEM ET LA PSYCHIATRIE ; LA PSYCHANALYSE À JÉRUSALEM.
Président Sam TYANO (« Jérusalem, lieu du Symbolique et de l’imaginaire, du peuple Juif : Idéal du moi, et surmoi, héritier du complexes d’Oedipe »)
Patrick BANTMAN (« Dieu et la folie »), Eva Weil, Pierre BENGHOZI*, Franklin RAUSKY (« Le syndrome de Jérusalem : un esprit inquiet rencontrant une cité inquiétante »), Émile MALET (« Freud et le judaïsme, une approche spirituelle du peuple juif »)

DÉJEÛNER

14H30 X. JÉRUSALEM - LITTÉRAIRE - « OMBRE ET MIRAGE » (David Mendelson)
Présidents Maya GUEZ (« L’image de Jérusalem chez Shalev et Grossman ») et David MENDELSON (« Le stade du Mirage dans les récits de voyage à Jérusalem au XIXe siècle »)
Zeruya SHALEV, Avraham B.YEHOSHUA (“Jérusalem en tant qu’héroïne littéraire selon le roman M. Many »), Meir SHALEV, Esther ORNER (« Un appartement au 5 Mevoh Yoram »), Valérie ZÉNATTI ("Jérusalem : failles sismiques et intimes »), Eliette ABÉCASSIS, Benny ZIFFER (« Le fantasme hiérosolymite de Michel Houllebecq »), Michal GOVRIN (« Jerusalem, lieu de jachère entre les destructions » ; « Yerushalaim - mekom hashemita bein khurban ve-khurban »)

17H. XI. .JÉRUSALEM ARTISTIQUE - VISUEL, PICTURAL, CINÉMATOGRAPHIQUE

a) ARTS PLASTIQUES :
Présidente Colette LEINMAN (« Jérusalem sur Seine ou une cartographie imposible »
Yona FISHER ("La représentation de Jérusalem dans l’art israélien"), Ofer LELLOUCHE (« Jérusalem, paysages/visages »), Marc-Alain OUAKNIN, Didier BEN LOULOU (« Jérusalem, l’œil du cyclone, 15 ans d’images 1991-2006 ») ; pour expo Edike TARJAN, Anatoly BASSIN, Roger YSHAÏ...

b) ART CINEMATOGRAPHIQUE :
Présidents Jean-Pierre LLEDO (« Alger-Jérusalem ») et Isy MORGENSZTERN ("Comment représenter Jérusalem. La question cinématographique")
Yehuda MORALY (« Les soixante-dix visages— Jérusalem au miroir de la scène, de l’écran et du petit écran »), Albert GABAÏ, Anat ZANGER (« Inspiré de Bachelard, la présence de Jerusalem dans le cinéma Israélien »), Ron HAVILIO (« Fragments Jérusalem »)

c) XII. JÉRUSALEM SONORE, MUSICAL, CHORÉGRAPHIQUE
Présidente Monette VACQUIN (« Jérusalem sonore, et comme hommage au don immense du judaïsme du Chema »),
André HAJDU

XIII. LA JÉRUSALEM du XXIè SIÈCLE : VISAGES et VISIONS D’UNE MÉTROPOLE
- ARCHITECTURE, SCIENCES, MÉDECINE, TECHNOLOGIES, BANDE DESSINÉE, FIGURES, URBANISME, MODE, SPORT ...
.
Présidente Michèle LÉVY-SOUSSAN (« L’hôpital à Jérusalem : Un laboratoire du "soigner ensemble" »)
Alisa MEYOUHAS GINIO (« L’Alliance Israélite Universelle à Jérusalem durant les années 1880-1914, au travers les figures de d’Eliahou Eliashar et d’Abraham Elmaleh »), Michael Jasmin

CONCLUSION :
Michaël BAR ZVI, Simon EPSTEIN, Meyer HABIB (Député à l’Assemblée Nationale des Français vivant à l’étranger), Michel Gad WOLKOWICZ

RÉCEPTION DE CLÔTURE

au BEGIN HERITAGE CENTER ou au MOUNT TZION HOTEL

Dîner et soirée musicale : André HAJDU, Ora ROTEM- NELKEN (pianistes), Isaac Josef LIFSHITZ (violoniste) ; Anat BAR ZVI & David SHAPIRA (Chants et chansons traditionnels israéliens),

LIEU DU COLLOQUE :

BEGIN HERITAGE CENTER, 6 Sh.A.Nakhon street - Jerusalem 94110 (en face de la cinémathèque)

PROPOSITION INAUGURALE ADRESSÉE AUX INTERVENANTS COMME PISTES DE RECHERCHE

L’édifice invisible et le désir de Jérusalem - Entre syndrome, questions de sens et destination de l’homme

"Et il se mettait à méditer avec une sorte d’impuissance rageuse, fouillant dans tout le fatras que lui avait laissé sa seule et unique entrevue avec la Loi et les tribunaux, fouillant jusqu’à ce que les schibboleths verbeux et incompréhensibles prissent finalement un sens, lui-même cherchant la justice à la même source aveugle où il s’était trouvé confronté avec cette justice et dont il avait été repoussé et expulsé." (W.Faulkner, Si je t’oublie Jérusalem, Gallimard. L’Imaginaire, p. 47)

« Si je t’oublie, O Jérusalem... » (Psaume 137 : 5-6) ; « Jérusalem, ville d’or et de lumière »,

« Revenez, enfants rebelles, dit l’Éternel, car je veux, moi, contracter une union avec vous. Je vous prendrai un par ville, deux par famille et je vous amènerai à Sion. Je vous donnerai les prêtres selon mon coeur, qui vous conduiront avec sagesse et discernement. Alors quand vous serez devenus, à cette époque, nombreux et prospères dans le pays, déclare l’Éternel, on ne dira plus : « Arche de l’alliance du Seigneur », la pensée n’en reviendra plus à l’esprit, on n’en rappellera plus le souvenir, ni on n’en remarquera l’absence : on n’en dira plus d’autre. En ces temps on appellera Jérusalem : « Trône de l’Éternel ». Tous les peuples s’assembleront là, à Jérusalem, en l’honneur de l’Éternel, et ils cesseront de suivre les mauvais penchants de leurs coeurs. À cette époque, la Maison de Yehouda ira joindre à la maison d’Israël et ensemble elles reviendront du pays du Nord au pays que j’ai donné comme héritage à vos ancêtres. » (Jérémie, Livre III, verset 14 à 18). Faire un colloque à Jérusalem sur Jérusalem participe du voyage des noms, de notre rapport à l’originaire et à la figure du Père, comme construction dans l’indéfini de la pensée, chez tout Un chaqu’Un, et revient nécessairement à soulever des questions d’ordre métaphysique, politique, philosophique, psychanalytique, ainsi qu’à investir les champs historique, archéologique, religieux, spirituel, juridique, géopolitique, linguistique et d’analyse des discours, littéraire, artistique et cinématographique, psychiatrique et psychopathologique, scientifique et technologique, architectural, du design et de la mode... Comment penser qu’un nom ait pu avec une telle présence traverser l’histoire et incarner le lieu - ensemble la Jerusalem terrestre et la Jerusalem céleste- de récits fondateurs, produire une Histoire, entraîner de tels mouvements psychiques, intellectuels, spirituels, en même temps des mouvements de population, pré-occuper une place aussi centrale dans les imaginaires collectifs ? Comment rendre compte du fait que, selon la formule de J. Derrida, « l’appropriation de Jérusalem » est aujourd’hui la guerre mondiale : elle a lieu partout, c’est le monde, c’est aujourd’hui la figure singulière de son être « out of joint » ? En quoi la modernité juive commencerait-t-elle avec le mot « Jérusalem » (M. Mendelssohn) qui semblerait aussi en signifier le présent du futur (G. Scholem) ?

Jérusalem, lieu du souvenir ou du présent ? De la transmission ou de l’appropriation ? De la question de la définition de l’identité ? les Juifs sont-ils uniquement des « bâtisseurs du temps » (A. J. Heschel) ?— « Les pierres importent moins que les souvenirs transmis par les pères » (Y. Yerushalmi). Jérusalem serait-il aussi le nom des problématiques identitaires contemporaines de l’Occident, de l’Europe plus particulièrement, et de l’Islam, en négatif ou en miroir, en identification ou en mimétisme ? Sans prétendre à la synthèse, le présent colloque ambitionne de mettre en perspective quelques-unes de ces questions que porte le nom de Jérusalem, Yerushalaïm. Pour cela, il propose l’articulation suivante :

I. JÉRUSALEM, UN LIEU — SI JE T’OUBLIE JÉRUSALEM

NOMS - FIGURES - ÉDIFICE : HISTOIRE, ARCHÉOLOGIE, ARCHITECTURE, RELIGIONS, SOCIOLOGIE, ANTHROPOLOGIE

- Histoire de Jérusalem ; vie, conquêtes, reconquêtes de Jérusalem..

- Dans l’histoire du peuple Juif, d’autres lieux ont été surnommés Jérusalem – Worms au Moyen- Âge, Vilnius au XIXème siècle ; puis Cordoue, et Amsterdam, la Jérusalem du Nord ; quid de Brooklyn à notre époque ?

- Dans l’histoire de l’humanité, aucune autre ville n’a suscité autant de déplacements – cf. la joie des pauvres de Zoé Oldenbourg qui retrace les mouvements des croisades ;


- Aujourd’hui encore, Jérusalem soutient un lien Symbolique singulier-collectif. Et le voyage à Jérusalem reste une expérience fondatrice et déterminante – syndrome de Jérusalem, Kottel, conversions...

- De quoi Jérusalem est-il le nom d’un Universel du singulier ?

En quoi la question de Jérusalem comme lieu physique et psychique est intrinsèque à la détermination du projet sioniste ou/et à la constitution de l’identité juive ? Parler de Jérusalem, ainsi de Sion, comme lieu, parmi d’autres villes, serait adopter une position soit nominaliste, soit clinique, soit figural et rhétorique (métonymique, allégorique, synecdotique, métaphorique..).

1. approche nominaliste

– Ha Shem – Le Nom – Jérusalem en Israël : situation géographique, particularité comparée aux autres villes, enjeu historique.

2. approche clinique : Le syndrome de Jérusalem comparé au syndrome de Stendhal.

3. approche figurale : « Près des fleuves de Babel, c’est là que nous étions assis et que nous pleurions » (Psaume 137) Que représente ce verset ? Quel rôle joue-t-il dans la mémoire collective ?Une identité se construit-elle sur un souvenir ? Une mémoire revécue dans l’actuel au travers des rituels dans le fil d’une tradition et du récit ?

II. JÉRUSALEM, UN SYMBOLE — L’ŒIL DE L’UNIVERS

Jérusalem est un signifiant central de (s) la filiation (s), à la fois intriquées et singulières, c’est également un symbole producteur de sens et de réalités, amenant une confrontation féconde avec les principaux autres centres dont le nom est également chargé d’une forte teneur symbolique : Une généalogie !

1. Jérusalem et Babel

Jérusalem avant et après Babel, l’exil ; Jérusalem et Babel, deux civilisations (André Neher, l’Existence Juive ; Raphaël Draï) ; Jérusalem ou Babel, la distinction ou la confusion des langues.

2. Jérusalem et Athènes

L’opposition est classique. Elle n’en reste pas moins centrale pour comprendre les débats philosophiques contemporains. On renverra pour cela, entre autres à L. Chestov et à M. Zarader, sur la dette oubliée de Heidegger.

3. Jérusalem et Rome

Cette opposition présente une triple particularité :

– c’est un conflit historique – cf. M. Delmas-Marty, M. Goodmann ;

– c’est une symbolisation propre au Judaïsme dont on trouve une expression laïque dans les principes de philosophie du droit de Hegel ;

– cette opposition est l’un des fondements du sionisme – cf. M. Hess, Rome et Jérusalem.
 Le monothéisme : une construction ; les 3 monothéismes ; la modernité et la post-modernité.

4. Jérusalem et le Christianisme

La terre sainte, les Écritures. Jésus, de Nazareth à Jérusalem. Paul, le Christ et Jérusalem, les Orthodoxes, les Arméniens,

5. Jérusalem, La Mecque et le Coran

Quelles places respectives des symboles dans l’Islam et le Judaïsme ? Différents modes d’interprétation.

6. Jérusalem et Berlin

Il s’agirait de partir de l’ouvrage de G. Scholem pour expliquer la destinée de la modernité juive dont la controverse Scholem/Arendt lors du procès Eichmann constitue l’une des dernières manifestations. En parallèle, nous pourrions également tracer le parcours intellectuel de J. Taubes dont l’égérie à un moment fut la députée classée extrême droite Gueoula Cohen.

7. La Bible de Jérusalem

La traduction de la Bible est un enjeu de la culture occidentale. C’est également le cœur du message symbolique quant à la question de la transmission.

Il s’agirait ici de présenter deux facettes :

- l’apport fondamental de la traduction de H. Meschonnic et les critiques qu’il a formulées à l’égard des autres traductions afin de mettre l’accent sur la dimension juive du texte – enjeu des taamim ;
- la question de la langue : l’hébreu est-il indispensable à la transmission de l’identité juive ?

8. La France et Jérusalem ; la culture biblique

9. Jérusalem et le concert international

Le conflit entre diverses conceptions de ce que sont une capitale et un universel. La portée de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël. Jérusalem, un enjeu capital et universel.

10. Jérusalem, capitale d’Israël

La place de Jérusalem parmi les autres grandes villes du pays — à Jérusalem on prie, à Haïfa on travaille, à Tel Aviv on s’amuse ; une distribution des rôles dans la société. Le Procès de Jérusalem, du nom du livre de Léon Poliakov, réfléchit les enjeux du jugement du nazi Eichmann, concepteur et exécuteur de la « solution finale », de la destruction des Juifs d’Europe, par l’État d’Israël, dans la suite de la controverse fondamentale entre Gershom Scholem et Hannah Arendt, et symbolise Jérusalem comme lieu des lieux tout en l’actualisant capitale de l’État d’Israël.

III. JÉRUSALEM, UN STATUT – LA MAISON DE L’ÉTERNEL "Car de Sion sortira la loi, Et de Jérusalem la parole de l’Eternel. Elle sera le juge des nations, l’arbitre d’un grand nombre de peuples" (Es. 2, 3-5)

Cette mise en perspective d’un lieu et d’un symbole pose inéluctablement la question du statut de la ville. Si cette ville présente une dimension exceptionnelle, doit-elle se voir conférer un statut exceptionnel ?

Pour rendre compte de cette dynamique, nous proposons de distinguer la perspective juive de la perspective internationale.

- Jérusalem dans les sources bibliques, midrachiques et talmudiques : Jérusalem terrestre, Jérusalem céleste ;
- Jérusalem en droit international ;

Selon la transmission inactuelle juive : « Jérusalem, capitale éternelle et indivisible d’Israël » – le statut quo ? la cohabitation des trois monothéismes à Jérusalem

IV. JÉRUSALEM, L’« ÉDIFICE INVISIBLE » SELON FREUD, ET LE TROUBLE DE PENSÉE : L’HOMME MOÏSE, JÉRUSALEM ET L’IDÉE DE PEUPLE,

Soucieux de la survie du Peuple Juif, s’appuyant tant sur un État Juif sur sa terre que sur ses valeurs fondatrices de son existence et sur l’essence spirituelle de celle-ci, Freud cite le Psaume 137.1 dans L’Interprétation des rêves : « Près des fleuves de Babel, c’est là que nous étions assis et que nous pleurions en nous souvenant de Sion » - Jérusalem, terre promise du Peuple Juif, lieu de son identité, ville sainte de nostalgie et d’espérance, symbole de son lien avec Dieu.

La transmission est un défi. Nous lisons de ce que Freud a retenu de ce qui lui a été transmis et de ce qu’il en a fait, que transmettre, c’est avant tout transmettre une question qui reste sans réponse. Dans une lettre du 2 juillet 1882, de passage à Hambourg où il fait connaissance d’un vieux papetier juif qui avait été le disciple du grand-père de sa fiancée Martha, Freud écrit : « Les historiens disent que si Jérusalem n’avait pas été détruite, nous autres, Juifs, aurions disparu comme tant d’autres peuples avant et après nous. Ce ne fut qu’après la destruction du temple visible que l’invisible édifice du judaïsme put être construit. » Tenter de cerner les rapports de Freud au Judaïsme, c’est d’emblée parler des rapports de Freud à cet « édifice invisible », à ce qui dans le psychisme est d’autant plus agissant et puissant qu’il ne nous est pas donné de le voir. « Mais il restait assez de choses capables de rendre irrésistible l’attrait du judaïsme et des juifs, beaucoup d’obscures forces émotionnelles — d’autant plus puissantes qu’on peut moins les exprimer par des mots — ainsi que la claire conscience d’une identité intérieure, le mystère d’une même construction psychique. » Ce n’est plus la seule destruction du temple de Jérusalem qui associe les Juifs dans une même construction psychique mais l’énoncé d’une loi privilégiant la parole au détriment de l’image. Cette loi sera identifiée comme le noyau de ce que Freud disait chercher en écrivant la préface à l’édition hébraïque de Totem et Tabou quand il s’interrogeait ainsi : « Mais qu’est-ce qui est encore juif chez toi alors que tu as renoncé à tout ce patrimoine ? [...] Encore bien des choses et probablement l’essentiel... »

Ainsi, « l’essentiel » reste indéfectiblement en lui, le Judaïsme et son « édifice invisible » autant que la réalité de Jérusalem et du sionisme pour le Juif, d’où est issu le dégagement sculptural de la figure du Père et son rapport au nécessaire trouble de la pensée, l’idée de peuple et son rapport à la Loi, à la tradition, à la construction de la figure du « Grand homme » intériorisée en grande idée au fondement d’une « vérité historique ». Ces idées avancées, actualité d’un transfert de transferts, s’intriquent aux problématiques du Nom, du Symbolique. La psychanalyse serait-elle, ainsi que l’affirmait Wladimir Granoff, le dernier éclat du monothéisme ?

V. JÉRUSALEM ET L’INTERDIT DE REPRÉSENTATION, « L’OMBILIC DU RÊVE », VILLE TEXTE QUI SOUTIENT L’INTERPRÉTATION ; JÉRUSALEM ET LA MODERNITÉ ; (les frontières, le collectif et le sujet ; hommage à Eliane Amado Lévy-Valensi)

VI. HISTOIRE DE LA PSYCHIATRIE, DE LA PSYCHANALYSE ; LA CHAIRE DE PSYCHANALYSE SIGMUND FREUD À L’HEBRAÏC UNIVERSITY OF JERUSALEM, ISRAËL

VII. LES REPRÉSENTATIONS DE JÉRUSALEM DANS LES COURANTS DE PENSÉE

Scholem, Arendt, Adorno, École de Francfort, Rosenzweig, Poliakov, Lévinas, dans le corpus idéologique républicain français, en Europe, aux États-Unis, dans les medias, etc...

VIII. « JÉRUSALEM, OMBRE ET MIRAGE » (David Mendelson)

Vision des écrivains et des artistes du XIXe siècle. La relation à Jérusalem dans les grandes traditions culturelles occidentales, d’après les écrits d’écrivains majeurs - et d’autres, notamment actuels : David, Racine, Pascal, Chateaubriand, Lamartine, Nerval, Flaubert, Loti, William Faulkner, William Thackeray, Herman Melville, Clarel, Mark Twain, Joseph Kessel (« Terre d’amour et de feu »), Arthur London, Charles Péguy, Italo Calvino, Nicolaï Gogol, Saül Bellow (Retour de Jérusalem), Éric Marty, Élie Wiesel, Aharon Appelfeld, Avraham B.Yehoshua, Meir Shalev, Philip Roth...Benjamin Disraeli, Léon Blum...

IX. JÉRUSALEM, PICTURAL, CINÉMATOGRAPHIQUE


William Turner, Gérôme, Avigdor Arikha, Ofer Lellouche, Alain Kleinmann, Marcel Chetrit, Colette Leinman, Marc-Alain Ouaknin, Menashe Kadishman, Anna Tycho,

X. JÉRUSALEM SONORE - MUSICAL, CHORÉGRAPHIQUE


Tehilim de Steve Reich, Psaumes de David, Iddan Raichel Project, Avishaï Cohen, Léonard Bernstein, Zubin Mehta,

XI. JÉRUSALEM, HISTOIRE, ARCHÉOLOGIE, ÉCONOMIE, SOCIOLOGIE, POPULATION (S), DÉMOGRAPHIE, CULTURE (S), INSTITUTIONS,

Histoire de Jérusalem, et des Yeruselmites : Populations juive, sioniste, haredi, orthodoxe, arabe, chrétienne, orthodoxe, arménien ; Histoire de l’indépendance, de l’arrivée des rescapés de la Shoah ; Démocratie israélienne, Constitution ; travail et économie ; démographie ; Bétar de Jérusalem ; Yad Vashem, Israël Museum, Les Manuscrits de la Mer morte ; Knesset, Cour Suprême ; Mont du Temple ...

XII. La JÉRUSALEM DU XX1e SIÈCLE : MÉDECINE, TECHNOLOGIES, FIGURES, ARCHITECTURE, MODE, SPORT, VINS, BANDE DESSINÉE, URBANISME, PAYSAGES

XIII. JÉRUSALEM, SYMBOLIQUE et POLITIQUE ; À L’HEURE DES ENJEUX ÉTHIQUES ET POLITIQUES DU VINGT ET UNIÈME SIÈCLE

Jérusalem lieu de paix et de discordes, où le spirituel façonne le politique et vice versa Jérusalem, lieu où le pouvoir se décline à l’aune des religions

Jérusalem, lieu où le profane se fonde sur le sacré et la mystique sur la" RealpolitiK".
Jérusalem, lieu où s’affronte les conceptions de la souveraineté et de l’idéologie.

Jérusalem, berceau du monothéisme Juif, des monothéismes et cité du choc des civilisations

Présentation - Le Colloque International Si c’était Jérusalem s’inscrit dans la continuité de la démarche de l’Association Internationale Inter-Universitaire Schibboleth-Actualité de Freud depuis la « Décision » la fondant, en s’inscrivant dans le sillage d’Imago, la première revue freudienne, d’aborder les manifestations et avatars de l’imaginaire et les enjeux du réel, les problématiques humaines, sociétales, et civilisationnelles et leur malaise, les constituants et référents du Symbolique et les attaques dont il est l’objet, dont l’anti-judaïsme et la haine du nom seraient des paradigmes, reprenant le « kulturarbeit », travail de pensée, de figuration, de culture au travers la mise en exergue, l’analyse et l’interprétation des signifiants et des représentations singulières et collectives, le décryptage du réel et des actualités, et la production de sens et de réalités, poursuivant l’élaboration des questions de transmission, de mémoire, de représentation, d’« Un monde en trans - Transfert de transferts ou de l’hypocondrie du contemporain », éditions des Rosiers, 2011, de La force du nom (The Hebrew University of Jerusalem Israël et Mahj, Paris, éd. Dessalée de Brouwer, 2010), et des derniers grands événements Schibboleth - Actualité de Freud - qui le précèdent : La psychologie de masse, aujourd’hui (Universités Paris-Diderot,-Paris Sud Orsay 2012, Éd.des Rosiers) ; Tensions et défis éthiques dans le monde contemporain, tenu au Collège Académique de Natanya (Isr), publié (2013) aux Éditions des Rosiers ; États du Symbolique - depuis L’Homme Moïse et la religion monothéiste, passant par Freud, Rothko, Appelfeld...-Droit, Loi, psychanalyse-, tenu à la Sorbonne (Amphi Liard), Juin 2014, publié aux Éditions In Press (2014) ; Présence de la Shoah et d’Israël dans la pensée contemporaine, tenu en Nov.2013 à l’Université de Tel Aviv, publié en octobre 2014, repris à Paris en novembre 2014, sous le titre de : Shoah / Israël — Nom sacré / Nom maudit - Généalogie de la haine / Transmission de la mémoire et du traumatisme, tenu en novembre 2014 ; enfin un Séminaire pluridisciplinaire Figures de la cruauté qui s’est tenu au cours de l’année 2014-2015 à l’ISEG, qui va être publié en mars prochain. Parallèlement au Séminaire mensuel Schibboleth-Actualité de Freud 2015-2016 qui s’intitule Le sujet face au réel.

Il s’agit de convoquer les divers aspects de la culture et modalités de la pensée juive au près des divers champs épistémiques à partir desquels un groupe de plus en plus large de chercheurs, d’universitaires, de praticiens, d’auteurs de référence, d’origines diverses et de filiations de pensée différentes qui, depuis leurs disciplines respectives (la psychanalyse, l’histoire, le droit et l’économie, la philosophie, la sociologie, l’anthropologie, la géopolitique, les sciences politiques et sociales, fondamentales et humaines, l’analyse des discours, des images et des idéologies, la pensée et la culture juive, les religions, les arts plastiques et cinématographiques), Juifs et non-juifs, présentent l’état de leurs recherches et croisent leurs réflexions, pour et avec des publics très divers, spécialistes ou non, mais curieux et d’esprit ouvert, visant à discerner les signes, signaux, emblèmes, symboles, afin de les construire en symptômes à analyser, en établissant une clinique du contemporain qui soit, autant qu’il le soit possible par l’attention et l’inter-contrôle portant sur la réactivation transférentielle -transferts de transferts- de nos propres illusions inconscientes -tout l’infantile- et idéologies intimes, dégagée de la confusion des langues.

La démarche de Schibboleth-Actualité de Freud conçoit le Colloque comme un lieu d’enseignement, de formation, de liaison et de mise en commun et en débat des questions, de transmission des savoirs, de recherches approfondies, un laboratoire d’idées, de réflexions, d’échanges, de rencontre dont la poly-disciplinarité vise, non pas à la tentation de la constitution d’une weltanschauung à laquelle Freud nous invitait fermement à résister, à renoncer, mais plutôt ainsi favorisant la contrainte de réinterroger les pré-acquis, soumis à la réétrangéréisation du langage. Notre démarche habituelle conçoit le projet comme un ensemble constitué de deux parties, le colloque comme lieu de rencontre, des croisements des réflexions et des recherches multi- et trans-disciplinaires, et l’ouvrage, lieu et temps de réélaboration.

Infos sur les buts, membres et activités de Schibboleth-Actualité de Freud : www schibboleth.fr

PARTICIPANTS PRESSENTIS : Eliette Abécassis (écrivain), Lucy Aharich* (journaliste), Jacques Amar (Maître de Conférence-HDR Droit/Paris- Dauphine, Vice-Président de Schibboleth-Actualité de Freud), Cyril Aslanov (Linguistique-Culture/Professeur Hebrew University of Jerusalem), Patrick Bantman (Vice-Président de Schibboleth-Actualité de Freud Psychiatre, Thérapeute familial, Hôpital Esquirol), Aharon Barak (Droit/Ancien Président de la Cour Suprême d’Israël), Ahuva Barkan (Psychoanalytic Society of Israël), Michaël Bar Zvi (Vice-Président de Schibboleth-Actualité de Freud Philosophie/Tel Aviv University/RadioJ/Copernic), Pierre Benghozi (Pédo-psychiatre, Comité Exécutif de la Chaire Unesco, membre du comité de rédaction de Schibboleth-Actualité de Freud, Hyères), Florence Ben Sadoun (journaliste, critique de cinéma, Fr), Jean-François Bensahel (Président de l’Ulif-Copernic), Georges Bensoussan (Historien/Directeur éditorial du Mémorial de la Shoah, membre du comité éditorial de Schibboleth-Actualité de Freud, Paris), Shmuel Berkovits (Adv, Prof)), Claude Birman (Professeur de Chaire Supérieure de Philosophie, et Maitre de Conférence à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris honoraire ; Professeur d’Etudes Juives à l’Universite Populaire du Judaisme), Boaz Bismuth* (journaliste, Directeur d’Israël Hayom), Guy Bracha (Prof. Littérature et culture méditerranéenne, Hebraîc University of Jerusalem, Isr.), Pascal Bruckner (écrivain, essayiste, membre du comité scientifique de Schibboleth-Actualité de Freud, Paris), Danièle Brun (Espace Analytique, Professeur de psychopathologie, Université Paris-Diderot, Présidente de l’Association Médecine-psychanalyse, Membre du comité scientifique de Schibboleth-Actualité de Freud, Paris), Évelyne Chauvet (Société Psychanalytique de Paris), Eliezer Cherki ((orientaliste-arabisant au ministère israélien de la Justice, Jerusalem), Viviane Chetrit-Vatine (Former Président of the Psychoanalytic Society of Israël, Université Paris-Diderot, membre du comité de rédaction de Schibboleth-Actualité de Freud), Marc Cohen (Gériatre, Directeur Médical de l’OSE, membre du comité éditorial de Schibboleth-Actualité de Freud), Daniel Dayan (Social school of New York, membre du comité scientifique de Schibboleth-Actualité de Freud), Simon Epstein (Professeur, Histoire, Économie/Hebraïc University of Jerusalem, membre du comité scientifique de Schibboleth-Actualité de Freud), Shmuel Erlich (SPI, ancien dir. Chaire Freud, HUJI), Yona Fisher (Historien d’Art, Curateur Muséal), Albert Gabay (critique de cinéma, Isr), Georges Gachnochi (Société psychanalytique de Paris, OSE, membre du comité de rédaction de Schibboleth-Actualité de Freud), Yolanda Gampel (SPI, Université de Tel Aviv), Mikhal Gans (historienne, Museum Lokhelei Hagettaot, Isr), Simha Goldin (Professeur, Head, Goldstein-Goren Diaspora Research Center, Jewish History Department Carter Bldg., Tel Aviv University, Ramat Aviv), Caroline Glick* (éditorialiste, Jerusalem Post), Gilles-William Goldnadel (Président d’Avocats sans frontières et de l’Association France-Israël), Béatrice Gonzalés-Vangell (Lettres Allemandes, Université Paul-Valéry, Montpellier 3), Yossef Gorny (Professeur d’Histoire, Tel Aviv University), Michel Granek (Psychoanalytic Society of Israël, Tel Aviv University, membre du comité de rédaction de Schibboleth-Actualité de Freud), Bernard Grelon (Professeur de Droit, Paris-Dauphine), Boni Goldberg (Dir. Mairie de Jérusalem), Nicole Guedj (Présidente de la Fondation France-Israël) ; Maya Guez (Maître de Conférence Histoire et Littérature -, Goldstein-Goren diaspora Research Center, Tel Aviv University, membre du comité de rédaction de Schibboleth-Actualité de Freud), André Hajdu (compositeur, musicologue, Prix d’Israël, pianiste, Professeur Honoraire de musicologie, Université Bar Ilan, Rubin Academy, Jerusalem), Jocelyn Hattab (Pédo-psychiatre, psychanalyste, Hadassah Medical School, Jerusalem), Ron Havilio (cinéaste), Tsila Herschko* (Historienne), Florence Heymann (Sociologue ; Centre de Recherches français de Jérusalem-CNRS Jerusalem), Christian Hoffmann (Espace Analytique, Professeur de Psychopathologie -Université Paris-Diderot, Directeur de la Chaire Lévi-Strauss à l’Université de Sao Paulo- Brésil, membre du Comité Scientifique de Schibboleth-Actualité de Freud), Delphine Horvilleur (Rabbin, Philosophe/MJLF), Michal Govrin, Francine Kaufmann (Professeur de Traductologie et de Culture juive -Bar Ilan University), Michel Kichka* (dessinateur), Claude Klein (professeur de Droit, Université Hébraïque de Jérusalem, Israël), Alain Kleinmann (Peintre, membre du comité scientifique de Schibboleth-Actualité de Freud Paris), Gideon Kouts (Prof. Université Paris 8, correspdt. Israël Broadcasting Authority), David Kroyanker* (architecte), Benny Lau (Rabbi DR., director of the Center for Judaism and Society as well as the Institute for Social Justice at Bet Morasha of Jerusalem, head of the Israel Democracy Institute’s Human Rights and Judaism in Action project), Colette Leinman (Peintre, poète/ Maître de Conférences littérature -Tel Aviv University, membre du comité de rédaction de Schibboleth-Actualité de Freud), Jean-Pierre Lledo (cinéaste, essayiste, Jerusalem), Ofer Lellouche (Peintre- sculpteur/Tel Aviv, membre du comité scientifique de Schibboleth-Actualité de Freud), Michèle Lévy Soussan (Médecin-Interniste, Centre Hospitalo-Universitaire Pitié-Salpétrière, Paris), Joseph Isaac Lifshitz (Professeur d’Histoire, Directeur du Goldstein-Goren Diaspora Research Center, Université de Tel Aviv, Shalem Center), Didier Long (éxégète), Éric Marty (Professeur de Littérature Moderne/Université Paris-Diderot, Directeur des Éditions Roland Barthes, membre du comité éditorial de Schibboleth-Actualité de Freud), David Mendelson (Professeur de Littérature et cultures méditerranéennes/Tel Aviv University, membre du comité éditorial de Schibboleth-Actualité de Freud), Alisa Meyouhas Ginio (Dept. Histoire, Tel Aviv University), Yehouda Moraly (Professeur Émérite, Université Hébraïque de Jérusalem, PhD. Histoire du cinéma et du théâtre), Thibault Moreau (Psychologue, psychanalyste/ Hôpital Reims, Vice-Président de Schibboleth-Actualité de Freud France), Isy Morgensztern (Cinéaste, Enseignant en culture, histoire et philosophie des religions, membre du comité de rédaction de Schibboleth-Actualité de Freud), Jean-Jacques Moscovitz (Président de Psychanalyse Actuelle, du Regard qui bat, Vice-Président de Schibboleth-Actualité de Freud), Marc Nacht (psychanalyste, membre du comité éditorial de Schibboleth-Actualité de Freud), Jacques Neeman (musicologue), Emmanuel Navon (prof.Sciences Politiques, Tel Aviv University), Sophie Nizard (Sociologie/CNRS, membre du comité de rédaction de Schibboleth- Actualité de Freud), Alexis Nuselovici-Nouss- (Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, Vice-Président de Schibboleth-Actualité de Freud), Esther Orner (écrivain/Jerusalem), Marc-Alain Ouaknin (Rabbin, philosophe, Professeur des Universités, Directeur de Judaïques à France-Culture, membre du comité scientifique de Schibboleth-Actualité de Freud), Françoise Ouzan (professeur d’Histoire, Université de Tel Aviv, Département Musée Diaspora), Dina Porat (Professeur -Tel Aviv University, head of the Kantor Center for the study of Contemporary European Jewry, Chief Historian of Yad Vashem, Jerusalem), Richard Prasquier (Président du Keren hayessod-France) ; Pilar Rahola (journaliste, Italie) ; Franklin Rausky (Directeur d’Études Centre Universitaire Élie Wiesel, Paris) ; Uzi Rebhun (Professeur d’Histoire er de sociologie, démographie, The Hebrew University Jerusalem Israël), Eran Rolnik (MD, PHD, Psychoanalytic Society of Israël, Adjunct Associate Professor Tel-Aviv University Faculty, Max Eitingon Institute for Psychoanalysis, Jerusalem), Rachel Rosenblum (Société Psychanalytique de Paris, membre du comité de rédaction de Schibboleth-Actualité de Freud), Miriam Rosman (professeur d’Histoire, Université Bar Ilan), Richard Rossin (Cofondateur de Médecins du Monde, Ancien Secr.Gal.de Médecins Sans Frontières, chirurgien, écrivain, ancien Vice-Président de l’académie Européenne de Géopolitique) ; Georges-Élia Sarfati (Professeur des Universités, Directeur Pédagogique du Centre Universitaire Sigmund Freud (Paris), Ecole française d’analyse et de thérapie existentielles (logothérapie) V. Frankl, de l’association mondiale de victimologie, Vienne, membre du comité éditorial de Schibboleth-Actualité de Freud, Paris, Jérusalem), Yigal Schwartz (Directeur du Département de Littérature de l’Université de Beer-Sheva), Meir Shalev (écrivain), Zeruya Shalev (écrivain), Haïm Shapira (écrivain, philosophe biblique), Ari Shavit (journaliste, Haaretz), Gaby Sheffler* (directeur Chaire Freud Hebrew University of Jerusalem, Israël), Nadav Shragaï (Journaliste Israël Hayom, ancien du Haaretz), Daniel Sibony (Professeur des Universités, psychanalyste, philosophe, membre du comité de rédaction de Schibboleth- Actualité de Freud), Laurence Sigal (Ancienne Directrice de Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme), Paule Steiner (Université Paris7), Jacques Tarnéro (documentariste, essayiste, Vice-Président de Schibboleth-Actualité de Freud), Ilan Trèves (Chef de Service de Psychiatrie Hôpital Shelvata, Professeur et ex-Directeur à l’Institut de Psychothérapie de l’Université de Tel Aviv, Membre de la Société Psychanalytique d’Israël), Shmuel Trigano (Professeur Émérite, sociologue, directeur de l’Université populaire du Judaïsme), Sam Tyano (Professeur de Pédo-psychiatrie, Université de Tel Aviv, Vice-Président de l’Association Mondiale de Psychiatrie de l’enfant et de l’Adolescent, Ancien Chef de service de Psychiatrie à l’Hôpital Gueha, membre du comité éditorial de Schibboleth- Actualité de Freud, Tel Aviv), Yaron Tsur (Professor Jewish History, Tel Aviv ), Yigal Tzalmona* (Former Directeur du Musée d’Israël), Monette Vacquin (psychanalyste, membre des Comités d’Éthique, France, et du Collège des Bernardins, membre du comité éditorial de Schibboleth-Actualité de Freud, Paris), Philippe Val (journaliste, ancien directeur de Charly hebdo, directeur de radio France), Marilyn Vinograde (membre de la Société Psychanalytique de Paris, ancienne Chef de Service psychiatrie, CH.Créteil), Éva Weil (Membre de la Société Psychanalytique de Paris), Jean-Pierre Winter (Président du Coût Freudien, membre du comité éditorial de Schibboleth- Actualité de Freud Paris), Eliezer Witztum (professeur de psychiatrie, Herzog Memorial Hospital, Université de Jérusalem, Israël), Michel Gad Wolkowicz (Président de Schibboleth - Actualité de Freud, Association Psychanalytique de France, Professeur de Psychopathologie Clinique et Fondamentale, Université Paris 11-Sud, CH.Orsay, Visiting Professor -Tel Aviv University and Glasgow University of Glasgow, Paris), Avraham B.Yehoshua (écrivain, Jerusalem), Paul Zawadzki (Professeur de Sciences Politiques et d’Éthiques, Université Paris- Sorbonne, CNRS, membre du comité éditorial de Schibboleth- Actualité de Freud, Paris), Anat Zanger (professeur de cinéma à l’Université de Tel aviv), Valérie Zénatti (écrivain, traductrice), Benny Ziffer (Directeur littéraire du Haaretz), Michael Jasmin (docteur en archéologie, spécialiste du Proche-Orient, à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne), Meyer HABIB (député à l’Assemblée Nationale des Français vivant à l’étranger,), Malet, Yaël ELKYESS-DRAÏ (avocate à Natanya), …
* Interventions sous réserve.

PARTENARIATS [sous réserve de confirmation]

- Begin Heritage Center, Jérusalem -Municipalité de Jérusalem,

- Ministères du Tourisme, de l’éducation et des sciences, de la culture

- KEREN HAYESSOD-FRANCE, et la présence de son président Richard Prasquier ;

- L’OSE, pour sa contribution à l’ouvrage issu des Actes du colloque, et avec la présence de son directeur médical Marc Cohen

- AKADEM ; -Fonds de Dotation Delachaux et Schibboleth-Actualité de Freud- ;

- Les Éditions IN PRESS, et sa directrice France Sarfatti-Perrot, Paris ;

- ULIF-Copernic (et la présence de son président Jean-François Bensahel)

- La Fondation France-Israël, et la présence de sa Présidente, ancienne Ministre, Nicole Guedj ;

- L’ARCHE (et son directeur Shlomo Malka) ;

- L’Hebrew University of Jerusalem (Israël), les Universités Paris-Diderot, Paris-Descartes, Panthéon-1- Sorbonne, Paris-3-Sorbonne, Paris-11-Sud, Orsay (France), l’Université Populaire de Jérusalem, The Goldstein-Goren Diaspora Research center and Kantor Center of the Tel Aviv University, l’Université de Lausanne, la Société Psychanalytique d’Israël, La Société Psychanalytique de Paris, Psychanalyse Actuelle, La Société Psychiatrique Européenne de l’Enfant et de l’Adolescent, Espace Analytique, Le Coût freudien, l’Association Psychanalytique de France...

- Association France-Israël (et la présence de son président Gilles-William Goldnadel)

- Mouvement Juif Libéral de France (MJLF) ; ADAT Shalom ; Radio Judaïque FM ; Mouvement Siona (et la présence de son président Roger Pinto) ; Fondation Tamar

Avec le soutien de La FONDATION POUR LA MÉMOIRE DE LA SHOAH

Lieu du colloque :
BEGIN HERITAGE CENTER, 6 Sh.A.Nakhon street - Jerusalem 94110

Renseignements Colloque :

Thibault MOREAU :
(ph : +33663117826)

Michel Gad WOLKOWICZ
(ph : +33687454123

Pour les inscriptions effectuées en France, nous demandons :

pour 3 jours : 180€ / formation continue : 450€ / étudiants : 70 Euros
ou à la journée = 90 Euros / étudiants = 25 Euros

Pour les inscriptions effectuées en Israël,

Tarif normal
pour 3 jours : 250 Nis
ou à la journée : 100 Nis

Tarif spécial pour étudiants et retraités
pour 3 jours : 125 Nis
ou à la journée : 50 Nis

Tarif pour institutions universitaires et Tarif de soutien
pour 3 jours : 550 Nis
ou à la journée : 200 Nis

- Temps libre pour déjeuner, avec possibilité de déjeuner sur place à la cafétaria du Begin Center.
- Réceptions d’ouverture et de clôture sous réserve à la mairie de Jérusalem et à l’Institut Culturel du Consulat de France : possibilités de dîner, d’ouverture ou de clôture, éventuellement avec supplément.
- Organisation possible d’excursions pré ou post-congrès : à voir avec Monsieur Allali.



http://www.schibboleth.fr/Si-c-etait-Jerusalem